FAUX : Le lieutenant-colonel Benoît n’a jamais dirigé le Togo

0
173

Le Togo a connu 3 présidents entre autres Sylvanus Olympio, Nicolas Grunitzky et Gnassingbé Eyadéma

Ce post Tik tok affirmant que le Lieutenant-colonel Benoît a dirigé le Togo de 1960 à 2025 est une INFOX.

Le po   st, publié le 28 avril 2024, porte ce texte : « le Lieutenant-colonel Benoît a dirigé le Togo de 1960 jusqu’au décès du Général Gnassingbé Eyadéma en 2025 ». ​​Il est accompagné d’une affiche portant une photo montée du président Eyadéma et son fils Faure Gnassingbé, l’actuel président du Togo. L’auteur du post écrit en haut de la photo : « ils n’ont jamais dirigé le Togo ».

Nous avons examiné ce post et l’avons trouvé qu’il relève de l’intox.

Une recherche Google avec les mots-clés : « dirigeant du Togo de 1960 à 2025 » et a permis de trouver cette publication avec ce titre : « Histoire du Togo ».

L’article informe entre autres que : « le Togo a été dirigé de 1960 à 1963 par  Sylvanus Olympio . De 1963 à 1967 par Nicolas Grunitzky et de 1967 à 2025 par Gnassingbé Eyadéma  ».

Nous avons effectué une autre recherche Google avec les mots clés « Lieutenant-colonel Benoît dirigeant du Togo ». Elle nous a conduit  à cet article publié le 28 décembre 2005 sur le site letogolais.com avec pour titre « Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (suite et fin ) ».

L’article informe que « Le lieutenant-colonel Benoît est le responsable local de la Direction générale des services extérieurs (DGSE) au Togo depuis les années 1960. Ses bureaux sont situés au sein de l’ambassade de France à Lomé. Il renseigne à la fois sa tutelle en France et le dictateur Eyadéma, à qui il aurait probablement fait la promesse d’organiser le retour du lieutenant-colonel Biténiwé du Burkina Faso ».

Nous avons vérifié un post Tiktok affirmant que le Lieutenant-colonel Benoît a dirigé le Togo de 1960 jusqu’au décès du Général Gnassingbé Eyadéma en 2025 et avons trouvé que c’était une INTOX.

Cette vérification des faits est rédigée par  Esaïe Mawuena EDOH du média Focus Infos dans le cadre du  projet GEC Disinfo, avec le soutien de Code for Africa, à travers son initiative de vérification des faits, PesaCheck et l’Alliance africaine de fact-checking (AFCA).