Liberté d’accès à l’information et à la documentation publiques : le CONAPP s’active

0
197

Une cinquantaine de professionnels des médias des 5 régions du Togo étaient le 28 juin dernier, à une rencontre de renforcement de capacités sur la loi portant liberté d’accès à l’information et à la documentation publiques organisée par le Conseil national des patrons de presse (CONAPP).  Une initiative qui rentre dans le cadre du projet : « Promouvoir la liberté d’expression et des médias et protéger les défenseurs des droits de l’homme au Togo », financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO).

L’objectif de l’atelier, selon le président du CONAPP Germain Pouli, est d’amener les journalistes à être imprégnés davantage du texte et échanger avec les personnes ressources autour des défis rencontrés dans sa mise en œuvre. « Il y a quelques années, une loi a été votée au Togo pour permettre l’accès à la documentation publique, facilitant ainsi le travail des journalistes et la compréhension des citoyens. Cependant, les journalistes se heurtent parfois à des difficultés pour obtenir des informations des autorités. C’est pourquoi le CONAPP a réuni les parties prenantes pour améliorer l’application de cette loi, dont beaucoup ignorent comment en bénéficier », a-t-il indiqué.

En effet, votée en 2016, la loi portant liberté d’accès à l’information et à la documentation publiques, dans sa mise en œuvre, rencontre des défis. On peut citer, entre autres, des préjugés quant à la satisfaction des requêtes par l’administration publique, ce qui influe sur le nombre des demandes ; la méconnaissance des dispositions et l’archivage de certaines données publiques.

Ainsi, au cours de l’atelier, les professionnels des médias ont été entretenus sur la façon dont une demande de documentation ou d’information publique devrait être adressée, comment faire le suivi et la façon dont les demandes sont traitées.

Notons toutefois que, plusieurs avancées ont été réalisées dans la mise en œuvre de ladite loi. On peut énumérer, entre autres, informe Antoine Afanou, représentant le ministre de la Communication et des Médias, « la désignation au sein de chaque ministère d’une personne responsable de l’accès à l’information et à la documentation publique. Le ministère de la communication et des médias a pris sur lui de former ces personnes à leur mission, leur expliquer en détail ce qui est attendu d’eux en vue de faciliter la collaboration avec la population en général et les professionnels de la presse en particulier. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette loi également, le ministère travaille à mettre en place une architecture qui favorise la disponibilité de l’information ».

Ce qui se traduit notamment, poursuit-t-il, par « le renforcement de la présence en ligne des institutions de la République dans le but de rendre accessible l’information, de permettre aux citoyens d’être au courant quotidien de la mise en œuvre des politiques qui sont réalisées à leur profit ».