Couverture sanitaire universelle : un plaidoyer à l’endroit des parlementaires et élus locaux pour accélérer le processus

0
160

Un plaidoyer est lancé par des organisations de la société civile togolaise pour obtenir une amélioration du financement de la santé. Ceci pour garantir l’effectivité de la Couverture Sanitaire Universelle au Togo à l’horizon 2030.

Les cibles du plaidoyer lancé le 19 mai dernier sont les parlementaires et les communes. Les premiers sont invités à œuvrer pour l’augmentation des fonds alloués au ministère en charge de la santé et les seconds doivent investir 2% de leur budget dans les besoins de santé.

Pour y arriver, le processus va démarrer avec les communes qui sont des chefs-lieux de préfectures puis s’étendre progressivement à toutes les communes. Il s’agit, en effet, d’une initiative des points focaux de Joint Learning Agenda (JLA), un programme d’apprentissage conjoint sur le financement de la santé et la couverture sanitaire universelle.

Selon Manzama-Esso Kola, formateur principal-Pays, les communes peuvent contribuer à l’effectivité de la CSU dans le pays. « Les communes doivent comprendre qu’elles ont besoin des bras valides et du concours de tous les résidents pour la réussite de leurs projets de développement », a-t-il commenté.

Par ailleurs, il rappelle que le Togo s’est engagé, depuis 2002, à augmenter d’au moins un point et ce chaque année, la part du budget alloué à la santé jusqu’à parvenir à 15% du budget total annuel comme le recommande l’engagement d’Abuja d’avril 2001.

Pour information, l’Assemblée nationale a voté le 10 octobre 2021, la loi instituant l’assurance maladie universelle au Togo. Objectif :  garantir l’accès de toutes les couches de la population à des soins de santé de qualité à coût réduit, à travers un mécanisme de mutualisation des risques et de solidarité dans le financement.

A noter que d’importants progrès ont été réalisés au Togo dans le cadre du processus de Couverture sanitaire universelle. On peut citer, entre autres, la mise en place de l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM), du Programme School Assur au bénéfice des élèves et du programme WEZOU d’accompagnement de la femme enceinte et du nouveau-né.