Ce qu’il faut savoir sur la notion de santé publique

0
335

La thématique est au cœur de la 3ème Conférence internationale sur la santé publique en Afrique (CPHIA) qui se tient du 27 au 30 novembre 2023 à Lusaka. Des experts en la matière abordent le sujet sur différents angles à ce rendez-vous continental.  Que comprendre par santé publique ?

Le médecin Ghanéen Bernard Appiah, spécialiste en communication sur la santé publique, en abordant la thématique avec les 45 journalistes boursiers présents à la 3ème CPHIA, a cité Charles-Edward Amory Winslow, bactériologiste américain, expert en santé publique, qui définissait déjà en 1920 la santé publique. Elle consiste en « la science et l’art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et de promouvoir la santé et l’efficacité physiques à travers les efforts coordonnés de la communauté pour l’assainissement de l’environnement, le contrôle des infections dans la population, l’éducation de l’individu aux principes de l’hygiène personnelle ». Elle concerne également « l’organisation des services médicaux et infirmiers pour le diagnostic précoce et le traitement préventif des pathologies, le développement des dispositifs sociaux qui assureront à chacun un niveau de vie adéquat pour le maintien de la santé, l’objet final étant de permettre à chaque individu de jouir de son droit inné à la santé et à la longévité. »

En effet, il existe, selon Dr Bernard Appiah, plusieurs services de santé publique essentiels. On peut citer entre autres, la surveillance sanitaire, le diagnostic et l’enquête, le partenariat et la mobilisation de la communauté, l’élaboration des politiques, l’application des lois, la fourniture des soins, l’assurance de main d’œuvre qualifiée, l’évaluation et la recherche.

De façon plus simple, pour sa part, le Professeur Traoré Youssouf, spécialiste de la santé publique, délégué ivoirien à la 3è CPHIA, résume la santé publique comme « une science qui regroupe tout ce qui permet de prendre en charge, au niveau sanitaire, un maximum de personne ». Le but : « prévenir la survenue des maladies, prolonger la vie de chaque personne et promouvoir la santé des individus et des communautés ».

En effet, le développement et la promotion de la santé publique exigent un effort collectif et organisé. De fait, elle tient compte de la contribution des chercheurs, du personnel de santé, des laboratoires, des leaders communautaires, de la société civile, du secteur privé, du citoyen… qui « travaillent ensemble pour que la maladie ne puisse pas atteindre un individu ou à travers lui un plus grand nombre de personnes ».

Ainsi, précise-t-on, la santé publique ne relève pas seulement du domaine public ou encore n’est pas une affaire uniquement de l’Etat. C’est « tout ce qui peut concourir à ce que les populations puissent se sentir bien ».

Par ailleurs, elle va au-delà de la médecine clinique. La santé publique « n’est pas pensée de façon individuelle mais de façon globale », explique-t-on. Son efficacité fait appel à une collaboration qui va au-delà des frontières nationales.