A Lomé, des acteurs maritimes planchent sur les stratégies de lutte contre le déversement d’hydrocarbures en mer

0
345

Depuis le mardi 10 octobre dernier et jusqu’au vendredi 13, Lomé abrite une rencontre sous-régionale sur la lutte contre le déversement d’hydrocarbures en mer. Des acteurs maritimes venus de plusieurs pays de la zone ouest-africaine revisitent les conventions de l’Organisation maritime internationale (OMI) relatives à la préparation et à la lutte en cas de déversement d’hydrocarbures et au régime de responsabilité civile et d’indemnisation.

Selon les acteurs maritimes venus du Bénin, de la Guinée, de la Mauritanie et du Togo, l’espace maritime est toujours et de plus en plus souillée de pollution de tous genres surtout des hydrocarbures, malgré l’existence des conventions internationales en matière de protection de l’environnement marin. Sur la base de cette réalité, le renforcement de l’arsenal juridique de ces conventions dans les différents pays se révèle indispensable.

Dans cette dynamique, la rencontre de Lomé, selon le ministre de l’économie maritime, de la pêche et de la protection côtière, Kokou Edem Tengue, est initiée pour former et de mieux outiller les acteurs aux bonnes pratiques relatives à la ratification et à la transposition en droit national.

A en croire le ministre, l’objectif poursuivi par les pays ayant rectifié les conventions de l’OMI est d’empêcher et de réduire au minimum la pollution marine puis de faciliter le règlement des litiges en cas de sinistre d’un navire.

Il faut noter que les transports maritimes internationaux constituent le moyen de transport international le plus efficace et le plus rentable pour la plupart des marchandises. 90 % du commerce mondial se fait donc par voie maritime et il est impératif de rendre ce mode de transport plus durable.