Une troisième université publique : ce qui justifie le choix de Datcha

0
580

Réuni ce 27 septembre 2023, le Conseil des ministres, en présence du Président de la République, Faure Gnassingbé, a examiné et adopté un décret portant création de l’Université de Datcha. Voici ce qui justifie le choix de cette localité pour abriter le troisième temple de savoir du Togo après Lomé et Kara respectivement en 1970 et 1999.

Selon le ministre Christian Trimua, secrétaire général du gouvernement, deux principales raisons justifient ce choix. Il s’agit d’abord de rapprocher l’université des nouveaux bacheliers et décongestionner les deux campus déjà existants. L’Université de Kara a déjà fait l’expérience avec des impacts positifs. « Ceux qui habitaient à l’intérieur du pays n’ont plus besoin de venir à Lomé avec tout ce que cela implique en termes de prise en charge pour les parents, déplacement, hébergement… L’Université de Kara a montré son attractivité aussi pour ceux de Lomé qui vont à Kara régulièrement et qui permettent un échange culturel avec d’autres concitoyens », a-t-il argumenté.

La deuxième raison, selon le porte-parole du gouvernement, est géographique.  La ville de Datcha se trouve à une distance quelque près des quatre points cardinaux de la région des Plateaux et longe la nationale numéro 1. Une situation géographique qui est aussi stratégique pour faciliter les déplacements des enseignants entre les trois universités. « La situation géographique permet stratégiquement d’amoindrir les coûts et de permettre à ce qu’un professeur qui a cours cette semaine à Lomé puisse se rendre dans deux semaines à Datcha et prolonger à Kara sans avoir à faire des détours importants », a justifié Christian Trimua.

Par ailleurs, souligne le secrétaire général du gouvernement, le Togo a fait le choix d’orienter vers les filières scientifiques, technologiques et professionnelles. De fait, Datcha étant une référence en matière d’usines de textile au Togo, le gouvernement ambitionne remettre cet outil important à jour.

Le Togo a inscrit l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur au rang de ses priorités, notamment dans le projet P 11 de la feuille de route gouvernementale avec pour ambitions, entre autres, de doter les différentes régions économiques, d’universités et de centres universitaires.